Flash nostalgie n°5 - Apostate

Vous vous definissez comment ? Croyant ? Athée ?! Et apostate ?


Coucou mes roseaux,
Hier, j'ai regardé l'émission que la plupart des lecteurs connaissent : La Grande Librairie.

En réalité, je ne suis pas hyper assidue sur cette émission ( en ce moment je regarde beaucoup de vidéos bullet journal ou zine ). Mais hier en zappant je suis tombée dessus et comme souvent je me suis laissé emportée.
En effet, M. André Comte-Sponville expliquait comment la philosophie l'avait fait s'éloigner de l'amour de Dieu. Il est devenu non pas athée mais apostate. Il n'a renié pas son passé religieux : il a gardé les valeurs de la religion. Il a dit une chose qui m'a marqué : il a dit qu'on ne choisit pas de ne plus être croyant comme on ne choisit pas de ne plus aimé quelqu'un le changement survient et on n'y peut rien. Cela m'a fait du bien de l'écouter. Parfois les réponses et parfois les réponses viennent en parlant de livres.

Cela fait bien longtemps que je n'y crois plus moi non plus. Je ne me rappelle pas bien depuis quand et comment cela a commencé exactement... Je dirais que cela fait 10 ans, quelques temps après mon divorce. Mais au début, je pensais que j'étais juste une mauvaise période, que j'étais juste en colère contre lui de laisser faire toutes ces choses. 
Et puis j'ai commencé à beaucoup douter. Douter de son existence, douter de la foi en général, douter de ma foi en particulier. Et puis j'ai commencé à voir avec d'autres yeux ces croyants, ces gens comme moi amassés dans l'église. Et j'ai commencé à entendre leurs commentaires. Et je me dis que j'avais été sourde et aveugle.  Sourde et aveuglée par cet amour céleste, je voyais la beauté du lieu, la force de ces gens, le pouvoir de l'amour. Et voilà que la seule chose que je ressentais maintenant dans ce même lieu c'était un malaise, l'impression de ne pas être à ma place. Je me pose pleins de questions, trop de questions pour écouter le sermon. Alors j'ai commencé à y aller moins souvent. Et puis je n'y allais plus. A deux ou trois reprises, j'ai essayé d'y retourner mais le charme n'y était plus.
L'amour est mort. Encore un qui m'a quitté ou que j'ai quitté. 

Mais je garde ces valeurs qui font parti de moi. Et je ne crie pas trop fort que je n'y crois plus. Je ne crie pas fort parce que je ne veux pas critiquer celui que j'ai tant aimé. Je ne crie pas trop fort parce que je ne veux pas blesser ceux qui y croit notemment ma famille qui se demande pourquoi Lily ne va plus à la messe. Je ne le dis pas à ma maman pour ne pas lui faire du mal. Et je ne le dis pas trop fort à mon fils qui croit en Dieu lui aussi.

Playlist nostalgie :
Jean- Michel Rotin - Adan peyi bondié
Tupas - Only god van judge me

Commentaires

Articles les plus consultés